LIGUE CONTRE LE CANCER

COMITE DU CANTAL

conf

 

Professeur Fialaire

 

Les cancers du poumon : des progrès sensibles enregistrés

Co-organisée par l’Université Inter Ages et le Comité du Cantal de la Ligue contre le cancer, la conférence sur les cancers du poumon s’est déroulée devant 150 personnes. Elle a été animée par le Professeur Marc FILAIRE chirurgien cardio-vasculaire et thoracique au Centre de cancérologie Jean Perrin de Clermont-Ferrand.


Dès son introduction, le Pr FILAIRE a rappelé l’importance des cancers du poumon qui représentent dans le monde près de 25 millions de nouveaux cas par an et 8 millions de décès. En France, ce sont plus de 39 500 nouveaux cas annuels qui sont découverts (27 500 chez l’homme, 12 000 chez la femme). Or, si l’on constate une stagnation du nombre de cancers chez l’homme, on enregistre une hausse de plus de 3% par an chez les femmes, directement liée à la progression de leur tabagisme.

Le Pr FILAIRE a indiqué que le tabac constitue la principale cause de cette maladie, les autres éléments de contamination étant d’origine professionnelles (amiante, chrome, goudrons de houille, …) et environnementales (radon 222 et diésel).

Les facteurs de risque sont multiples : âge du début de consommation du tabac, durée, filtres ou pas, inhalation ou pas, …). La contamination passive est loin d’être négligeable (5 cigarettes inhalées équivalent à une cigarette fumée) et le risque de cancer reste fort longtemps après l’arrêt (baisse de 80% seulement après 15 ans de sevrage). Le Pr FILAIRE a précisé également que le cannabis était encore plus nocif que le tabac par les substances nocives qu’il contient et par une attaque plus forte des poumons.

Le diagnostic des cancers du poumon apparait souvent difficile car peu de signes distinctifs les caractérisent. L’hémophysie (crachats de sang), la toux, la fièvre, la fatigue et l’amaigrissement persistants doivent constituer une alerte sérieuse et inciter à la consultation d’un praticien sans délai, pour éviter un diagnostic trop tardif. Les examens complémentaires proposés (radiographie, scanner, fibroscopie, TEPSCAN, …) permettent de préciser le diagnostic et l’ampleur des lésions.

Le Pr FILAIRE a rappelé la nécessité fréquente d’une intervention chirurgicale précédée d’un bilan d’opérabilité. Les traitements conjuguent radiothérapie et/ou chimiothérapie, mais aussi des thérapies ciblées et personnalisées, en fonction des lésions relevées. Il a précisé que les différents Plans Cancer imposaient des exigences de qualité accrues pour les patients et l’intervention d’équipes multidisciplinaires. Les dépistages et la surveillance ont aussi considérablement évolué ces dernières années. De même, la cigarette électronique semble apporter une aide tant dans le sevrage tabagique que dans sa baisse de consommation.

En conclusion, le Pr FILAIRE a rappelé que la chirurgie constituait le principal espoir de guérison mais cette intervention ne peut être pratiquée qu’en cas de détection précoce et sur seulement 20% des patients. Les progrès et la diversification des techniques de soins devraient permettre, dans l’avenir, de nouvelles avancées dans le traitement de ces maladies. Il est ainsi permis d’espérer que ces pathologies, aujourd’hui souvent mortelles, évoluent progressivement vers des maladies chroniques, à défaut de guérison.

logo cg

 

logocp

RSS

Le Comité est adhérent à Cantalpassion